Cahier des questions # 1 : Money, money, money

Publié le par Tane

Cahier des questions # 1 : Money, money, money

Parce que le soir, avant de s'endormir, ça turbine dans la tête de Petit Pou, on lui a fait un cahier où on note ses questions, pour essayer de les reprendre le lendemain. 

Hier soir, je l'avais pas sous la main. J'aurais dû.

 

"Dis maman, ça veut dire quoi "pas assez d'argent" ?

- Heum... pourquoi tu te poses cette question ? c'est une expression que t'as entendue ?

- Oui, papa, il a dit qu'on pouvait pas aller voir les cousins et les cousines parce qu'il a pas assez d'argent..."

 

Sur le moment, je lui ai répondu un truc con. C'est vrai, ça coûte de l'argent de partir en vacances.

" - Oui mais pourquoi on n'a pas assez d'argent ?"

Ben comment te dire mon fils. Dans notre culture, on travaille pour gagner de l'argent et tout ce qu'on a après, ça a un prix, ça vaut dire que ça coûte de l'argent. Du coup, parfois, faut faire des choix, et c'est vrai que les vacances, souvent les gens partent pas plus d'une ou deux fois par an... mais bon, c'est pas trop grave puisque tes cousins - cousines viennent aussi nous voir dans notre région, et le plus important c'est de les voir, non ?

 

Un peu prise de court. Ta mère n'est pas une vraie rebelle mon fils. Mais cette nuit, ta question me taraude, entre autres choses*. Et si t'avais plutôt 10 ans que 3 ans, je te dirais bien que :

 

... pas avoir assez d'argent, c'est le tremplin pour prendre conscience que c'est pas ça l'important. Avant, tu me disais que je devais vendre ma voiture parce qu'elle consomme trop d'essence, que c'est pas bon pour la planète, et que ce serait mieux d'en acheter une électrique. Et je t'ai répondu que pour le moment, t'avais raison, ce serait mieux, mais que ça coûtait trop cher pour moi. 

Ça te paraissait pas être l'argument le plus important.

Et j'ai envie de te dire que t'as bien raison.

Hier, t'étais tout content, j'ai vendu ma voiture, on se remet au vélo. Alors oui, on va moins loin, moins vite. Et pour plein de trucs ça va être compliqué. Cela dit, on fait moins de mal à la planète pendant au moins un mois... Et si tu savais la masse de soucis que ça m'a enlevée. Toi, ce que tu vois, c'est passer du temps ensemble, regarder le paysage, profiter du soleil, partir à l'aventure**.

Parce que dans le fond, t'as raison, c'est ça l'essentiel.

 

Et tu vois, depuis que j'ai déconné, je traverse à nouveau une période où y a "pas assez d'argent". Ben je suis pas morte de faim, mon verre n'est jamais vide***, et finalement, ce qui me fait le plus de bien, c'est pas cette grande maison de luxe vide d'humains avec ses meubles achetés à crédit, c'est de passer du temps avec des gens que j'apprécie, de faire des trucs tous cons que j'aime bien**** et qui, en fait, ne demandent pas grand chose en terme de pognon. 

Quand j'avais 18 ans, j'ai regardé ce film, et depuis c'est resté mon préféré : 

 

Alors oui, le film est un poil nihiliste. Mais cette prise de conscience, tu peux en faire un tas d'autres choses.

Y a des gens qui en font une éthique de consommation raisonnée, ou une consommation collaborative, ou une consommation non marchande, ou une simplicité volontaire... des gens qui vivent dans ce monde avec ses règles du jeu tout en restant lucides et en essayant à leur niveau de faire changer un peu les choses.

Mais même sans en faire un tout un programme, même quand t'oublies ton cerveau, ta capacité à compter, au fond de toi, t'as senti l'essentiel : ce qui compte, c'est la valeur que toi tu donnes à chaque chose, et surtout à chaque moment que tu vis.

Certains de mes amis vivent avec quasiment rien et font bien plus de choses qui me font rêver que d'autres qui gagnent bien leur vie et la dépensent autrement.

 

Ce qui compte c'est ce qui, toi, te fait vibrer.

 

Ce matin, tu m'as aidé à vendre des meubles. Tu as compris qu'en fait, c'était pas triste, j'en n'avais pas vraiment besoin, j'étais heureuse de passer la journée avec toi. Et non, je ne fais pas table rase du passé, au contraire finalement, je me concentre sur ce qu'il en est ressorti de meilleur : ton frère et toi. Et oui, je reviens aux sources, parce qu'au fil des années, je me suis alourdie, d'un tas de meubles, d'un tas d'affaires, d'un tas de souvenirs sur des bouts de papiers, des objets...

Un grand tas de poussière.

Il est temps d'arrêter de se laisser bouffer par des trucs matériels, de s'imposer des jougs qui nous détournent du moment présent.

Il est temps de ne garder que l'essentiel et de le soigner.

 

Oui, pour certains trucs, on n'a pas assez d'argent. Par contre, pour ne pas passer à côté de notre vie, on a tout ce qu'il faut.

Et oui, on peut avoir plusieurs fois la même prise de conscience dans sa vie, parce qu'en chemin, on se sera perdus.

Et oui, on se plante souvent et on a droit de changer de route et d'essayer autrement...

Cahier des questions # 1 : Money, money, money

Mais bon, pour être tout à fait honnête avec toi, y a pas que ce genre d'envolée lyrique dans la vie. Y a des salaires qui permettent pas à un papa solo avec 2 enfants de penser sereinement qu'à la fin du mois, il pourra payer ses factures, sa nounou, nourrir tout le monde et éventuellement, offrir des moments de détente à ses enfants et à lui aussi.

Il y a un bon paquet de personnes qui sont en mode survie, même dans cette société "pas précaire" où nous vivons.

Mes amis qui me font rêver, ben justement, ils ont pas d'enfants. Certains parce qu'ils pensent que ce serait pas responsable d'en faire sans être sûrs de pouvoir assumer tout ce dont on a besoin pour leur bonheur.

 

Alors voilà, mon fils, ce soir j'irai me coucher avec cette question :

Comment être sûre que ce qui a de la valeur a mes yeux - et qui est finalement peu en rapport avec l'argent - ne serait pas suffisant pour t'accompagner dans ton devenir pour être un homme épanoui ?

Est-ce que c'est seulement la peur de ne pas réussir à t'intégrer dans notre société si on ne dépense pas pareil que tous les autres pour que tu aies à peu près la même vie que tout le monde et que cela te facilite le fait d'avoir des amis ?

Je vois l'histoire de ton père, et la mienne. Les choix qui avaient été faits pour nous. Deux réponses différentes à cette même question. Et deux adultes qui aujourd'hui se débattent encore dans leurs rapports à l'argent, à la valeur des choses, à la question de leurs propres besoins. Je ne sais pas quel pari il faudrait faire pour toi ou pour ton frère.

 

Parce que tu vois, la vraie question dans le fond, et tu l'as posée par rapport à tes cousins, c'est comment créer et entretenir des relations avec les autres. Parce que souvent, la valeur du temps passé, des instants de vie, ça dépend de la possibilité de les partager*****.

Cahier des questions # 1 : Money, money, money

* Genre la chaleur, les moustiques, les frelons, les paroles d'une chanson, un abruti fini (qu'est pas si con, mais je suis vexée), le cycle de l'Eternel retour au même de Nietzsche, mon lit qu'est trop vide, la liste des trucs à faire, la prochaine soirée défoulatoire, le chat qui me les brise, ce que je vous ai fait, comment avancer, tout ça... et cette maudite règle de ne pas boire une bière seule.

** Sûrement, un jour, tu feras du stop !

*** oui, parce que dans la cabane des enfants perdus, ils ont même un robinet avec de l'eau potable dedans... c'est quand même vraiment un endroit unique !

**** passer 3h de suite sur le café du matin, dessiner, lire, écrire, écouter les histoires des autres, me balader, écouter de la musique...

***** et par pitié, avec quelqu'un d'autre que ce pauvre gentil chat qui ne sait pas me raconter de blagues nulles et me faire rire aux éclats...

Publié dans Pensée, Vie de maman

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article