Trèfles à quatre feuilles...

Publié le par Tane

Trèfles à quatre feuilles...

Quand tout fout le camp, il reste des petites choses...

 

c'est même pas des cailloux blancs sur la route.

c'est des grains de sable

mais ils sont vachement importants !

 

c'est l'aurore des fées avant d'aller se coucher

ce sont des trèfles à 4 feuilles dans une carte grise

ce sont des changements de programme pour le meilleur

c'est un SDF avec qui tu fumes une clope et qui te dit que quand même, en 8h de trajet, tu aurais pu aller en Guadeloupe plutôt que de faire Strasbourg-Paris

c'est l'amie qui te réserve une belle surprise et qui appréhende ta réaction

c'est l'orage au-dessus de la mer et un bateau qui tangue, c'est le ciel d'encre dans l'eau 

c'est un surnom qui te fait marrer

c'est une heure au soleil et les tâches de rousseur

c'est un message d'amitié, en quelques caractères

c'est une ville vidée de ses touristes qui s'offre à nous

c'est le moment où tu prends conscience que la provinciale dans le RER, c'est la seule qui ne dort pas pendant le trajet

c'est quand tu te trompes de chemin et que tu découvres une expo d'art

c'est le moment où tu trouves enfin des toilettes

c'est une bière de bûcheron qui t'attend dans le frigo

c'est la lumière du soir qui explose les yeux dans le rétro mais qui rend tout tellement plus beau

c'est le plaisir de ne pas savoir où tu vas exactement

c'est arriver tard et discuter

c'est se laver les pieds et laisser ses chaussures dehors

c'est le sac à dos qui s'allège au fil des étapes

c'est un grand papillon qui vient se poser sur ta tête

ce sont des vêtements trempés en train de sécher

c'est se perdre dans Saint Lazare en ayant la chanson de Parabellum en tête

c'est un enfant apprivoisé éhontément, mais ça marche

c'est quand tu ris du nom des villes et des stations de métro

ce sont les musiques que tu ramènes avec toi

c'est un troupeau de biches au loin

c'est le moment où tu te souviens comment parler anglais

c'est un café qu'on t'offre

c'est quand tu marches et que tu crois que tu vas y arriver

c'est le moment où tu entends le cri des mouettes et où tu sens l'iode

c'est le bâchage d'une vitre avec un k-way de vélo et le démontage d'une portière sur un parking pour réparer cette foutue vitre

c'est une nuit sans araignée

c'est écouter les autres et te sentir concerné

c'est quand tu es au milieu de nulle part et que tu prends le temps de regarder autour de toi

c'est un homme qui mendie, et qui bénit tous les passants, peu importe qu'ils aient donné ou non, qu'ils l'aient même regardé ou non

c'est la compagnie de Prévert, Camus et Rimbaud

 

ce sont des coquillages qui tombent de tes poches sur le chemin du retour

c'est le moment où tu as envie de prêcher

c'est le moment où tu as envie de revoir tes enfants, à en crever

c'est quand tu rentres chez toi et que tu n'as pas envie de repartir aussitôt

c'est quand tes rechutes durent de moins en moins longtemps (même s'il y en a)

 

à coup de petits grains de sable, retrouver la terre ferme...

Publié dans Pensée

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article